Support SF BayView
Donate or Subscribe to SF Bay View
Follow Us Twitter Facebook

Why it took 11 months instead of three weeks to show that Haiti’s cholera is Nepalese

September 25, 2011

A tale of noble and ignoble scientists, Harvard and the U.N.

Mis à jour avec traduction française

by Dady Chery

A Haitian resident holds his relative who is suffering from cholera at St-Catherine hospital in the slum of Cite-Soleil in Port-au-Prince Nov. 12, 2010. (Un résident d’Haïti tient son parent qui souffre de choléra à l’hôpital Sainte-Catherine dans le bidonville de Cité-Soleil, à Port-au-Prince Novembre 12, 2010.) - Photo: St-Felix Evens, Reuters
It took nearly a year since the start of Haiti’s cholera epidemic for scientists to get conclusive proof that the cholera bacteria in Haiti are identical to bacteria in Nepal. Drs. Frank Aarestrup from Denmark, Paul Keim from Arizona and Geeta Shakya from Kathmandu led a recent study that provided this evidence.

The DNA in cholera changes rapidly when these bacteria infect humans. This makes the cholera a moving target and very difficult to vaccinate against. On the other hand, when two cholera turn out to be identical, one can say with confidence that they originated from the same place or infected person(s).

By comparing the complete DNA sequences (also called “genomes”) from the cholera in Haiti to the complete DNA sequences from cholera in Nepal, the international group of scientists found that Haiti’s cholera exactly matches one of four Nepalese cholera. The resemblance between the Haitian and Nepalese cholera was so strong that, in a sequence of about 4,000,000 DNA bases, all agreed except for one or two. This is as good as comparing one complete volume of Shakespeare’s works to a new tome from a different publisher, discovering that there are no more than one or two single-letter differences between them, and concluding that both are indeed the complete Shakespeare. The techniques for this type of study are enormously expensive but very quick and not especially demanding.

DNA double helix sequence (Séquence de l’ADN en double hélice)
One could reasonably ask if it is necessary to compare every letter in two volumes of Shakespeare to decide that they are the same. Why not scan, for example, through the section headings for the same sequences of acts in the plays and the same succession of sonnets? Indeed there exist older and cheaper techniques for examining DNA that do something of the sort. This is how the Center for Disease Control (CDC) found that the cholera strain in Haiti is Vibrio Cholerae O1 Ogawa Biotype El Tor. It is also how the CDC discovered that every Haitian who got cholera had the identical bacteria, which was taken to mean that the Haitian epidemic had a single source.

If expense was an issue for the CDC, it certainly was not for the groups that favor the current technology. According to the latter, two cholera-sized “books” can be scanned at “single-letter” resolution over 30 times in less than 24 hours.

So why did it take 11 months to nail the source of Haiti’s cholera? The only reason it took so long to discover that Haiti’s cholera came from Nepal is because scientists had until now not bothered to compare the cholera from Haiti to cholera from Nepal.

The only reason it took so long to discover that Haiti’s cholera came from Nepal is because scientists had until now not bothered to compare the cholera from Haiti to cholera from Nepal.

Back when a precise knowledge of the source of the epidemic would have saved lives and probably aborted the renewal of the U.N. (MINUSTAH) mandate in Haiti, John Mekalanos’ group at Harvard promised to carry out the study that was finally done by Aarestrup, Keim and Shakya. Mekalanos argued that the conclusive proof of the origin of any cholera could only come from studies using the most modern methods. Other scientists deferred to Harvard, first because, well, it was Harvard, and second, because they could not afford the new technology. Instead of doing a proper study, however, Mekalanos’ group compared the DNA of the cholera from Haiti to the DNA of three types of cholera from different epidemics. Not a single one was from Nepal.

In the end the Harvard group published an article in which the word “Nepal” did not appear even once. The cholera they used were from an epidemic in Peru and two different epidemics in Bangladesh. They merely concluded that the cholera in Haiti is Asian: a fact that was already known from the CDC studies.

Dr. Mekalanos had this to say during an interview with Science Watch in February 2011:

“My colleagues and I have been very clear in saying that the genomic evidence says that this strain in Haiti has its origin in South Asia. True, Nepal is part of South Asia so it clearly needs more investigation and a commission has been established by the U.N. to look into the possibility.”

The Vibrio Cholerae O1 Ogawa Biotype El Tor bacteria has been identified as the single source of cholera in Haiti. (Le Vibrio cholerae O1 Ogawa biotype El Tor bactérie identifié comme la source unique du choléra en Haïti.) – Photo: Dartmouth College
Without exaggerating, one might say, for example, that the cholera study by Harvard was analogous to using the most sensitive instruments and best-trained scientists to test for Fukushima radiation everywhere in the globe except Japan, reporting that the meltdowns had probably happened somewhere in Asia, and then proposing that a commission from the nuclear-power companies finish the investigation.

Unlike the Harvard group, the Denmark and Arizona scientists collaborated with Katmandhu researchers who gave them access to cholera samples collected from 24 patients in five Nepalese districts between July 30 and Nov. 1, 2010. Given that the Nepalese government has violently protested all mentions of any association with the epidemic, the Nepalese scientists who participated in this project did so at considerable personal risk. It made sense to look in Nepal for a possible source for Haiti’s cholera, because U.N. troops arrived fresh from the cholera epidemics in Nepal days before the first Haitian case of the disease was diagnosed.

The fact that the Harvard group discovered nothing much about Haiti’s cholera did not prevent them from admonishing Haitians to be immediately vaccinated. They did so although cholera vaccines are not recommended by the Word Health Organization (WHO) even to tourists entering areas with endemic cholera. Such vaccines are considered worse than useless because they give the illusion of protection and encourage reckless behavior. Since the cholera change rapidly, vaccination lasts for only about six months even against the cholera strains for which the vaccines are made. Moreover, the vaccines give zero protection against other cholera strains.

But here is what Mekalanos’ colleague Dr. Matthew Waldor said:

“It’s time to seriously consider vaccinating people who live in Haiti and the Dominican Republic, not only to save lives there, but to prevent the spread of this new strain to other countries in the region.”

Science, universities, corporations and profits

I was so impressed by this enthusiasm for vaccines that I decided to look into the list of disclosures that the Harvard scientists had to file for their publication. I discovered the following:

Several of the Harvard scientists own stock in Pacific Biosciences, a company that makes the machines and all the supplies for the expensive new method of DNA sequencing that they had been promoting. One person on the project was employed by Pacific Biosciences. One could say, in a way, that the Haiti cholera study was an advertisement for PB’s products.

Dr. John Mekalanos and his corporate interests

Dr. Mekalanos is involved in cholera-vaccine development. He and Harvard University receive royalties from Vaccines Technologies Inc., a company that entered an exclusive license and development agreement with Celldex Therapeutics Inc.(formerly AVANT Immunotherapeutics, Inc.) in January 2009. The agreement allows VTI to develop and commercialize Celldex’s CholeraGarde(R) vaccine program.

He is co-founder of three biotechnology firms, Virus Research Institute, PharmAthene and, most recently, Matrivax. Virus Research Institute later merged with another company and became Avant Immunotherapeutics, a firm that receives grants from the National Institutes of Health (NIH).

Harvard’s Haiti cholera study can be seen as an advertisement for Pacific Biosciences, where some of the researchers owned stock. The photo shows off Pacific Sciences’ $700 million DNA sequencing machine. According to Shareholder.com, their 2011 second quarter revenues totaled $10.6 million and gross profit, $7.9 million. Working on the machine is the company’s founder, Stephen Turner, in laser-resistant glasses. (L’étude du choléra d’Haïti à Harvard peut être considérée comme une publicité pour Pacific Biosciences, où certains des chercheurs tiennent du stock. Cette photo montre une machine de séquençage d’ADN de Pacific Biosciences qui coute 700 millions de dollars. Leurs affaires du 2ème trimestre 2011 s’élèvent à 10.6 millions de dollars et le bénéfice brut, 7.9 millions de dollars.) – Photo: Gregg Segal, Bloomberg Businessweek
Mekalanos’ PharmAthene is a biodefense company involved with the development and commercialization of medical countermeasures against biological and chemical weapons. Their customers included the U.S. Defense Department, National Institute of Allergy and Infectious Diseases, Biomedical Advanced Research and Development Authority and the U.S. National Institutes of Health. For the second quarter of 2011 PharmAthene saw revenues of $6.4 million compared to $4.8 million the same period of 2010: an increase of $1.6 million. His company’s SparVax program totaled $5.3 million for the three months ending June 30, 2011, compared to $2.1 million for the same period in 2010.

Mekalanos’ third company, Matrivax Research & Development Corp. in Boston, is a small private corporation with only eight employees that received an annual revenue of $710,000 last year, shared by Mekalanos, his two partners and employees. He is director of Matrivax, which is privately funded, including grants from the Bill Gates Foundation.

Mekalanos is also the founder of Virus Research and Versicor. Versicor is at least a multi-million dollar corporation, gaining $22 million in investments in 1997 alone. That same year, they targeted “the substantial worldwide medical need for antibiotics as evidenced by the current market size, which currently exceeds $23 billion.” The company “gained access to proprietary technology for the identification of novel drug targets in bacteria from the laboratory of Professor John Mekalanos, chairman of the Department of Microbiology and Molecular Genetics.”

According to his executive profile in Bloomsberg Businessweek, information on Mekalanos’ annual income, stock options and total compensation is not available.

Mekalanos has not let any conflict of interest stop him from flogging his vaccine:

“When I heard in January 2010 that an earthquake had hit Haiti, the first thing that crossed my mind was ‘how long?’ I knew cholera would happen sooner or later; the only question was when.

“Why wasn’t it stockpiled? You’ll never stockpile this vaccine without a few global health organizations saying it makes sense to do so. And the obvious organization, the one which stands right in the cross hairs, is the WHO. It takes courage to make that statement and stand by it.

“By way of full disclosure, I have been involved in developing cholera vaccines, so you might say I’m conflicted. However, others have made cholera vaccines too. The problem has not been as much making a safe and effective vaccine. It is getting agencies to say they are willing to use it as part of public policy. After that, I’m sure we can figure out how to get that global stockpile made.”

The idea that earthquakes cause cholera is patently absurd. Earthquakes cannot create cholera. Cholera may be released from sewage into drinking water during earthquakes, but this can only happen in places where the cholera already exists in the sewage.

There is no evidence that cholera has ever existed in Haiti before October 2010. The cholera first appeared explosively in the Artibonite region: a rural area that had suffered no damage from the earthquake. By contrast, in Port-au-Prince, where the earthquake damage was massive, the incidence of cholera was five times lower than in the Artibonite.

Interestingly, the most enthusiastic support for Harvard’s efforts to vaccinate Haitians has come from none other than U.N. Pan American Health Organization (PAHO) director Dr. John Andrus.

“I see a real opportunity to vaccinate vulnerable groups in countries that have yet to see the outbreak but we know would be very vulnerable if cholera was imported …. I worry about some of the poorer countries of the Caribbean. I worry about Central America.”

Andrus’ first action during the epidemic was to give a press conference. There he announced that one should expect many thousands of Haitians to die of cholera, and he pleaded for donations of $164 million to the U.N. and a group of 42 NGOs that he had quickly gathered under PAHO’s umbrella.

Several times former President Preval’s government came under strong pressure from the U.N. to vaccinate the Haitian population, and every time the Haitian Ministry of Public Health refused. If the ministry had acquiesced to the vaccination campaigns, the U.N., via PAHO, would have purchased massive doses of the Mekalanos vaccine. Harvard and corporate affiliates would have made tidy profits.

It is worthwhile to note that the source of Haiti’s cholera was identified, not by U.S. or European researchers many months after the epidemic but by Haitians at home and in the diaspora within days of the first cases of cholera. In an article in Axis of Logic, I argued that the epidemic had been introduced into Haiti by the U.N. Soon thereafter, Mirebalais’ mayor and other citizens brought to the press’ attention their observation that the epidemic had started downstream of the U.N. base of Nepalese soldiers in the nearby village of Meille in the Artibonite region.

A more formal epidemiological study led by Dr. Renaud Piarroux confirmed and strengthened this summer the initial observations. Two Haitians contributed to the study as authors, Dr. Robert Barrais, who is an epidemiologist in Haiti’s National Laboratory of Public Health, and Dr. Roc Magloire, who is the director of this institution. Other Haitian epidemiologists and medical authorities declined to be co-authors of the paper because of concerns about retaliation.

Importantly, Piarroux’s team in France and Haiti concluded that there must have been active cases of cholera among the Nepalese MINUSTAH troops last October for the dose of cholera in the Artibonite river water to have been lethal.

“To our knowledge, only infectious doses over 10,000 bacteria were shown to produce mild patent infection in healthy volunteers, and higher doses are required to provoke severe infections. Reaching such doses in the Meille River is hardly compatible with the amount of bacteria excreted by asymptomatic carriers, whereas if one or several arriving soldiers were incubating the disease, they would have subsequently excreted diarrheal stools containing 10 billion to 10 trillion bacteria per liter. We therefore believe that symptomatic cases occurred inside the MINUSTAH camp.”

This implies a coverup by the U.N., which continues to claim that none of its troops was ever ill with cholera.

At least six scientific studies have resulted from the Haitian cholera epidemic, though only two have yielded results of any consequence. Every one of these studies has dismissed the discoveries by Haitians as mere “rumor,” although it was these findings, together with Haitian and Cuban record keeping, that made possible the epidemiological study by the French. If Haitians had not identified the source of the cholera, it might never have been discovered; instead, the epidemic would have been blamed on the supposed bad hygiene of the poor, and the U.N. and NGOs would have exploited the epidemic as yet another occasion to enrich themselves from the misfortune of Haitians.

The U.N. continues to claim that none of its troops was ever ill with cholera. If Haitians had not identified the source of the cholera, it might never have been discovered; instead, the epidemic would have been blamed on the supposed bad hygiene of the poor, and the U.N. and NGOs would have exploited the epidemic as yet another occasion to enrich themselves from the misfortune of Haitians.

Surprisingly the French study provided no explanation for the fact that the cholera managed to reach the off-shore island of La Gonâve, and it accepted as fact the government explanation that the prisoners who died of cholera had been given river water to drink. Actually the cholera initially spread much too rapidly throughout the country to be explained by anything but a widespread distribution of the bacteria in infected bottled water.

After I pointed this out early in the epidemic, the Haitian government discontinued the “dlo nan sachèt” (water in plastic bags) that were being distributed as “purified water” throughout the country. Discontinuing this distribution of infected water probably saved lives.

Piarroux stopped short of suggesting that some means of distribution of highly infected water was involved in the epidemic. He did say, however, that he could not explain the mechanism by which people were lethally infected well downstream of the Meille tributary of the Artibonite, when the river water, moving at more than 100 cubic meters per second, should have rapidly diluted the cholera to non-lethal doses.

Certainly one of the most important lessons from the earthquake and cholera epidemic is that Haitians can be each other’s salvation. During the first days of the epidemic, when scientific investigations of its origin mattered most, there were no plans for a thorough epidemiological study nor a comparison of the DNA of the cholera in Haiti to those from Nepal. It took the international scientific community nearly a year to do its job, and at every step it had to be shamed into it by Haitians determined to help each other.

It took the international scientific community nearly a year to do its job, and at every step it had to be shamed into it by Haitians determined to help each other.

The proof that the U.N. brought the cholera epidemic into Haiti has come much too late, but perhaps some use can be derived from it apart from publications and accolades for Western researchers. When the U.N. Security Council next considers MINUSTAH’s mandate in mid-October of this year, Drs. Renaud Piarroux, Frank Aarestrup and Paul Keim should stand up and explain why MINUSTAH troops must be immediately removed from Haiti so as to prevent new epidemics. The scientists should additionally propose that MINUSTAH countries make reparations for polluting Haiti’s rivers and aquifers.

The scientists should additionally propose that MINUSTAH countries make reparations for polluting Haiti’s rivers and aquifers.

Instead of promoting useless vaccines to Haitians, the U.N. should compensate the families of cholera victims and finance the construction of sewage- and water-treatment plants throughout the country using Haitian labor for this enterprise at every level.

Dady Chery grew up at the heart of an extended working-class family in Port-au-Prince, Haiti. She emigrated to New York when she was 14 and since then has traveled throughout the world, living in Europe and several North American cities. She writes in English, French and her native Créole and holds a doctorate. She can be reached at dc@dadychery.org. This story first appeared in Axis of Logic, where Chery is a columnist.

Onze Mois Au Lieu de Trois Semaines Pour Montrer Que le Choléra en Haïti Provient Du Népal

par Dady Chery

Traduit de l’anglais à français par Dady Chery

Il a fallu presqu’un an depuis le début de l’épidémie de choléra en Haïti pour que les scientifiques obtiennent une preuve concluante que la bactérie du choléra en Haïti est identique à une bactérie au Népal. Drs Frank Aarestrup du Danemark, Paul Keim de l’Arizona, et Geeta Shakya de Katmandou ont recemment mené une étude qui a fourni cette preuve.

Lorsque le choléra infecte l’homme, l’ADN de cette bacterie change rapidement. Cela rend le choléra une cible mouvante et très difficile pour combattre avec des vaccins. D’autre part, lorsque deux sources de choléra se révèlent être identiques, on peut dire avec confiance qu’elles proviennent du même endroit our personne infectée.

En comparant les séquences complètes de l’ADN (également appelées «génomes») provenant du choléra en Haïti aux séquences complètes de l’ADN provenant du choléra au Népal, le groupe international de scientifiques a constaté que le choléra en Haïti correspond exactement à l’un des quatre choléra Népalaises. La ressemblance entre les choléra haïtiens et népalaises a été si forte que, dans une séquence d’environ 4.000.000 de bases de l’ADN, tous furent d’accord sauf un ou deux. La resemblance est aussi bonne que de comparer un volume complet des œuvres de Shakespeare à un autre, découvrir seulement une ou deux lettres de différence, et conclure que les deux volumes sont en effet les mêmes oeuvres de Shakespeare. Les techniques pour ce type d’étude sont extrêmement chères, mais très rapides et pas particulièrement difficiles.

On pourrait raisonnablement se demander s’il est nécessaire de comparer chaque lettre entre deux volumes de Shakespeare pour décider qu’ils sont les mêmes. Pourquoi ne pas verifier, par exemple, les titres de section pour les mêmes séquences d’actes de théâtre et la même succession de poêmes? En effet, il existe des techniques plus anciennes et moins coûteux pour examiner l’ADN qui se fassent come cela. C’est ainsi que le Center for Disease Control (CDC) a constaté que la souche de choléra en Haïti est Vibrio cholerae O1 Ogawa biotype El Tor. C’est également comment le CDC a découvert que tous les haïtiens qui ont été atteints par le choléra portaient des bactéries identiques, ce qui a été interprétée comme signifiant que l’épidémie haïtienne avait une source unique.

Si le cout a été un problème pour le CDC, ce n’était certainement pas pour les groupes qui favorisaient la technologie la plus moderne. Selon ces derniers, deux “livres” du choléra peuvent être examinés à une résolution “d’une seule lettre” plus de 30 fois en moins de 24 heures.

Alors pourquoi at-il fallu 11 mois pour connaitre la source du choléra en Haïti? La seule raison pour laquelle il a fallu si longtemps pour découvrir que le choléra en Haïti provenait le Népal est parce que les scientifiques n’avaient jusqu’à présent pas pris la peine de comparer le choléra en Haïti aux choléra du Népal.

La seule raison pour laquelle il a fallu si longtemps pour découvrir que le choléra en Haïti provenait le Népal est parce que les scientifiques n’avaient jusqu’à présent pas pris la peine de comparer le choléra en Haïti aux choléra du Népal.

À l’époque où une connaissance précise de la source de l’épidémie aurait sauvé la vie a tant de personnes, et probablement causé la chute du rénouvellement de l’ONU (MINUSTAH) en Haïti, le groupe scientifique de John Mekalanos à Harvard a promis qu’il réaliserait l’étude qui a été finalement réalisé par Aarestrup, Keim et Shakya. Mekalanos a dit que la preuve concluante de l’origine du choléra ne pourrait provenir que des études utilisant les méthodes les plus modernes. D’autres scientifiques se sont excusés du project, parce que premièrement c’était Harvard, et deuxièmement, ils ne pouvaient pas acheter cette nouvelle technologie. Au lieu de faire une étude appropriée, cependant, le groupe Mekalanos a comparé l’ADN du choléra d’ Haïti à l’ADN de trois types de choléra provenant d’autres épidémies. Pas un seul d’elles a été du Népal.

En fin de compte le groupe de Harvard a publié un article dans lequel le mot “Népal” n’aparassait pas même pas une seule fois. Ils ont été utilisés les cholera d’une épidémie au Pérou et deux épidémies différentes au Bangladesh. Ils ont simplement conclu que le choléra en Haïti est asiatique: un fait qui était déjà connu des études du CDC.

Dr Mekalanos avait ceci à dire au cours d’un entretien avec Science Watch en Février 2011:

“Mes collègues et moi avons été très clair en disant que les preuves génomiques disent que cette souche en Haïti a son origine en Asie du Sud. Certes, le Népal fait partie de l’Asie du Sud. On a besoin de plus d’enquêtes pour savoir mieux, et une commission a été établie par l’ONU pour examiner la possibilité.”

Sans exagérer, on peut dire, par exemple, que l’étude du choléra par Harvard était comme ceci: obtenir des instruments les plus sensibles et les scientifiques les mieux formés pour tester pour le radiations de Fukushima, chercher partout dans le monde entier sauf au Japon, annoncer que les catastrophes nucléaires ont probablement eu lieu quelque part en Asie, et puis proposer que des sociétés de l’énergie nucléaire finissent l’enquête.

Contrairement au groupe de Harvard, les scientifiques du Danemark et de l’Arizona ont collaboré avec des chercheurs du Katmandhu qui leurs ont donné des échantillons du choléra recueillis dans 5 districts du Nepal et 24 népalaises entre 30 Juillet 1er Novembre 2010. Étant donné que le gouvernement népalais a violemment protesté toutes mentions d’une association avec l’épidémie, les scientifiques népalaises qui ont participé à ce projet l’ont fait à des risques personnels considérables. Il était logique de chercher au Népal pour une source possible du choléra en Haïti, parce que les soldats de l’ONU sont arrivés des épidémies de choléra au Népal juste avant le premier cas de la maladie en Haïti.

Le fait que les chercheurs de Harvard n’aient rien trouvé de nouveau sur le choléra d’Haïti ne les a pas empêché de recommander aux Haïtiens de se vacciner immédiatement. Ils l’ont dit malgré que les vaccins contre le choléra ne sont pas recommandés par l’Organisation de la Santé (OMS, aussi WHO) même pour les touristes entrant dans les zones ou le choléra est endémique. Ces vaccins sont considérés comme pire qu’inutile, car ils donnent l’illusion de protection et encouragent un comportement imprudent. Le cholera change rapidement, et alors la vaccination ne dure qu’à peu pres six mois, même contre les souches de choléra pour lesquelles les vaccins sont preparées. Par ailleurs, les vaccins donnent nulle protection
contre les autres souches de choléra.

Mais voici ce que le collègue de Mekalanos , le vaccins donnent nulle protection a déclaré:

“Il est temps d’envisager sérieusement la vaccination des personnes qui vivent en Haïti et la République dominicaine, non seulement pour sauver des vies, mais pour éviter la propagation de cette nouvelle souche dans d’autres pays de la région.”

Sciences, Universités, Compagnies, et Profits

J’ai été tellement impressionné par cet enthousiasme pour les vaccins que j’ai décidé de vérifier la liste de divulgation que les scientifiques de Harvard ont dû remplir pour leur publication. J’ai trouvé ce qui suit:

Plusieurs des scientifiques de Harvard tiennent le stock de Pacific Biosciences, une compagnie qui fabrique les machines et toutes les fournitures pour la méthode plus coûteuse de séquençage de l’ADN pour laquelle ils fasaient la promotion. Une personne sur le projet était un employé de Pacific Biosciences. On pourrait dire, en un sens, que l’étude du choléra en Haïti a été une publicité pour des produits de Pacific Biosciences.

Le Docteur John Mekalanos et ses Intérêts

Dr Mekalanos a participé dans la formulation d’un vaccin du choléra. Lui et l’Université de Harvard reçoivent des redevances de Vaccine Technologies Inc, une compagnie qui est entré en licence exclusive et accord de développement avec Celldex Therapeutics Inc (anciennement AVANT Immunotherapeutics Inc.) en Janvier 2009. L’accord permet à VTI de développer et commercialiser une programme de vaccination pour CholeraGarde Celldex (R).

Il est co-fondateur de trois entreprises de biotechnologie: Virus Research Institute, PharmAthene et plus récemment, Matrivax. Virus Research Institute s’est ensuite fusionné avec une autre compagnie et est devenu Avant Immunotherapeutics Inc., une entreprise qui reçoit aussi des bourses du NIH.

La PharmAthene de Mekalanos est une compagnie de biodéfense pour le développement et la commercialisation de contre-mesures médicales contre les armes biologiques et chimiques. Leurs clients inclusent le Département de la Défense des Etats-Unis, l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses, Biomedical Advanced Research Authority and Development, et les Instituts nationaux américains de la santé. Pour le 2e trimestre de 2011, PharmAthene a vu des revenus de 6.4 millions de dollars comparativement à 4.8 millions de dollars à la même epoque pour l’année 2010: une augmentation de 1.6 millions de dollars. Son programme d’entreprise SparVax, a totalisé 5.3 millions de dollars pour les trois mois se terminant en Juin 30, 2011, comparativement à 2.1 millions de dollars pour la même période en 2010.

La troisième compagnie de Mekalanos, Matrivax Research & Development Corporation à Boston est une petite compagnie privée, avec seulement 8 employés qui a reçu un revenu de 710.000 dollars l’an dernier, partagé par Mekalanos et ses deux partenaires et employés. Il est directeur du Matrivax qui reçoit des fonds privés, y compris les bourses de la Fondation Bill Gates.

Mekalanos est également le fondateur de Versicor qui fait des recherches sur les virus. Versicor est au moins une compagnie de plusieurs millions de dollars, gagnant 22 millions de dollars en investissements dans l’année 1997. Cette même année, ils ont ciblé “le besoin important médical dans tout le monde pour les antibiotiques [qui] se témoigne a la taille actuelle du marché, qui dépasse actuellement $ 23 milliards de dollars.” La société “a eu accès à une technologie exclusive pour l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques dans les bactéries provenant du laboratoire du Professeur John Mekalanos, qui est le Chef du Département de Microbiologie et de Génétique Moléculaire.”

Selon son profil exécutif en Bloomsberg / Businessweek, des informations sur le revenu annuel de Mekalanos, ses stocks, et sa rémunération totale ne sont pas disponibles.

Mekalanos n’a laissé aucun conflit d’intérêt l’empêcher de promouvoir son vaccin:

“Quand j’ai entendu en Janvier 2010 qu’il y avait un tremblement de terre en Haïti, la première chose qui m’a traversé l’esprit était ‘combien de temps?’ Je savais que le choléra passerait là, tôt ou tard, la seule question était quand.

“Pourquoi le pays ne s’etait pas stocké avec le vaccin? Vous n’aurez jamais les stocks de ce vaccin si quelques organisations de la santé mondiale ne disent pas qu’il est logique de le faire. Et l’organisation évidente est l’OMS (WHO). Il faut du courage pour faire cette déclaration et de s’y tenir.

“En guise de divulgation complète, j’ai été impliqué dans le développement de vaccins contre le choléra, sorte que vous pourriez dire que je suis en conflit. Toutefois, d’autres ont aussi fait des vaccins contre le choléra. Le problème n’a pas été celle de bien faire un vaccin sûr et efficace. C’est aux agences de dire qu’ils sont prêts à l’utiliser dans le cadre de la politique publique. Après cela je suis sûr que nous pourrons savoir comment obtenir des stocks mondiaux”

L’idée que les tremblements de terre causent le choléra est absurde. Les tremblements de terre ne peuvent pas créer le choléra. Le choléra peut être libéré par la contamination de l’eau potable par des eaux usées lors des tremblements de terre, mais ceci ne peut pas arriver dans des endroits où le choléra n’existe pas déjà dans les eaux usées. Il n’existe aucune preuve que le choléra ait jamais existé en Haïti avant l’Octobre 2010. La première apparition du choléra fut explosive et dans la région de l’Artibonite: une zone rurale qui n’avait pas subi de dommages par le séisme. A Port-au-Prince, où les dégâts du tremblement de terre ont été massive, l’incidence du choléra a été cinq fois moins que celle de l’Artibonite.

Fait intéressant: le soutien le plus enthousiaste pour les efforts de Harvard pour vacciner les Haïtiens est venu de nul autre que l’ONU, du Directeur de l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS, aussi PAHO), le Dr John Andrus.

“Je vois une réelle opportunité de vacciner les groupes vulnérables dans les pays qui n’ont pas encore vu l’épidémie, mais que nous savons seraient très vulnérable si le choléra est importé …. Je m’inquiète au sujet de certains des pays les plus pauvres des Caraïbes. Je m’inquiète de l’Amérique centrale. “

La première action d’Andrus pendant l’épidémie était de donner une conférence de presse. Là, il a annoncé que l’on doit s’attendre à plusieurs milliers de morts Haïtiens du choléra, et il a plaidé pour des dons de 164 millions de dollars à l’ONU et un groupe de 42 ONG qu’il avait rapidement réuni sous l’égide de l’OPS.

Plusieurs fois, l’ancien gouvernement du président Préval est venu sous une forte pression de l’ONU pour vacciner la population haïtienne, et chaque fois le ministère haïtien de la Santé Publique a refusé. Si le ministère avait acquiescé aux campagnes de vaccination, l’ONU, par l’intermédiaire de l’OPS, aurait acheté des doses massives du vaccin de Mekalanos. Harvard et ses affiliées d’affaires aurait réalisé de grandes bénéfices.

Il est intéressant de noter que la source de choléra en Haïti a été identifié, non pas par des chercheurs américains ou européens plusieurs mois après l’épidémie, mais par les Haïtiens chez eux et au diaspora dans les premiers jours du choléra. Dans un article paru dans Axis of Logic, j’ai ecrit que l’épidémie avait été introduite en Haïti par les Nations Unies. Peu après le Maire et citoyens de Mirebalais ont portés à l’attention de la presse leur observation que l’épidémie avait commencé en aval de la base de l’ONU des soldats népalais près du village de Meille dans la région de l’Artibonite.

“Une étude épidémiologique plus formelle dirigée par le Docteur Renaud Piarroux a confirmé et renforcé cet été les observations initiales. Deux haïtiens ont contribué à l’étude comme auteurs: le Dr. Robert Barrais, un épidémiologiste au Laboratoire National de la Santé Publique en Haïti, et le Dr. Roc Magloire qui est le directeur de cette institution. D’autres épidémiologistes et authorités medicales Haïtiens se sont ont excusés d’être co-auteurs du document, en raison de préoccupations au sujet de représailles.

Surtout, l’équipe Piarroux en France et en Haïti a conclu qu’il doit y avoir eu des cas actifs de choléra parmi les troupes de la MINUSTAH népalais en Octobre dernier pour que la dose de choléra dans l’eau du fleuve Artibonite ait été mortelle:”

“A notre connaissance, seules des doses infectieuses plus de 10.000 bactéries peuvent produire une infection bénigne sur des volontaires sains et des doses plus élevées sont nécessaires pour provoquer des infections graves. A atteindre de telles doses dans la rivière Meille n’est pas compatible avec la quantité de bactéries excrétées par des porteurs asymptomatiques, alors que si un ou plusieurs soldats ont été incubation de la maladie en arrivant, ils auraient ensuite excrétés des selles diarrhéiques contenant 10000 à 10000000 millions de bactéries par litre. Nous pensons donc que les cas symptomatiques ont survenus à l’intérieur du camp de la MINUSTAH.”

Cela implique un cover-up par l’ONU, qui continue à prétendre qu’aucun de ses troupes n’a jamais été malade et atteint du choléra.

Au moins six études scientifiques ont résulté de l’épidémie de choléra haïtienne, mais seulement deux ont abouti à des résultats de conséquence. Chacun de ces études a rejeté les découvertes par les Haïtiens comme une simple “rumeur”, bien qu’il ait été ces résultats, avec la tenue des dossiers par des haïtiens et cubains, qui ont rendu possible l’étude épidémiologique par les Français. Si les haïtiens n’avaient pas identifié la source du choléra, il ne pourrait jamais avoir été découvert, mais plutôt l’épidémie aurait été blâmé sur la supposée mauvaise hygiène des pauvres, et l’ONU et les ONG auraient exploité l’épidémie comme une autre occasion de s’enrichir du malheur des Haïtiens.

Étonnamment l’étude française n’a fourni aucune explication pour le fait que le choléra a réussi à atteindre l’île de la Gonâve, et a accepté l’explication du gouvernement que les prisonniers qui sont morts du choléra avaient reçu l’eau de la rivière pour boire. En fait, au debut le choléra s’est répandu beaucoup trop rapidement à travers le pays pour être expliqué par autre chose qu’une grande distribution de la bactérie dans l’eau infectée en bouteille. Après j’ai signalé cela au début de l’épidémie, le gouvernement haïtien a interrompu les distributions des “dlo nan sachèt” (l’eau dans des sacs en plastique) qui se distribuaint comme “l’eau purifiée” dans tout le pays. L’arrêt de cette distribution de l’eau infectée a probablement sauvé des vies.

Piarroux s’arrêta de suggérer que certains moyens de distribution d’eaux hautement infectées ont été impliqué dans l’épidémie. Il a dit, toutefois, qu’il ne pouvait pas expliquer le mécanisme par lequel les gens ont été mortellement infectés bien en aval de l’affluent Meille de l’Artibonite, où l’eau du fleuve, se déplaçant à plus de 100 mètres cubes par seconde, aurait rapidement dilué le choléra à des doses non létales.

Certainement l’un des enseignements les plus importants du tremblement de terre et de l’épidémie de choléra est que les Haïtiens peuvent se sauver les uns les autres. Pendant les premiers jours de l’épidémie, lorsque les enquêtes scientifiques de l’origine du choléra etaient plus d’importantes, il n’y avait pas de plan pour une étude épidémiologique approfondie ni pour une comparaison de l’ADN du choléra en Haïti à ceux du Népal. Il a fallu la communauté scientifique internationale près d’un an pour faire son travail, et à chaque étape, il furent obligés a le faire a cause de la honte de voir les Haïtiens s’aider les uns les autres.

La preuve que l’ONU a apporté l’épidémie de choléra en Haïti est venu beaucoup trop tard, mais peut-être quelque chose proviendrait de cela, a part des publications et distinctions pour les chercheurs occidentaux. Lorsque le Conseil de Sécurité des Nations Unis considèra la prochaine mandat de la MINUSTAH, en Octobre de cette année, les Docteurs Renaud Piarroux, Frank Aarestrup, et Paul Keim devront se lever et expliquer pourquoi les soldats de la MINUSTAH doivent être immédiatement retirés d’Haïti afin de prévenir des épidémies nouvelles. Les scientifiques devront en outre proposer que les pays de la MINUSTAH fassent des réparations pour leur pollution des rivières et aquifères d’Haïti.

Au lieu de promouvoir les vaccins inutiles aux Haïtiens, l’ONU devrait indemniser les familles des victimes du choléra et financer la construction d’égouts et stations d’épuration à travers le pays en utilisant des haïtiens pour cette entreprise à tous les niveaux.

 

2 thoughts on “Why it took 11 months instead of three weeks to show that Haiti’s cholera is Nepalese

  1. wholesale-garcinia

    This can be a very good hint specially to help those a new comer to the actual blogosphere. Brief yet very precise information… Cheers with regard to revealing this place. A necessity examine write-up!

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

BayView Classifieds - ads, opportunities, announcements
San Francisco Comcast