Rwanda’s ambassador to bring legally enforced history to Sonoma State University

by Ann Garrison and Cameron Jones

KPFA Evening News, broadcast March 22, 2014

Rwandan Ambassador Mathilde Mukantabana, Sonoma State Holocaust and Genocide Lecture Series 2014KPFA Evening News Anchor Cameron Jones: Rwanda’s U.S. ambassador, Mathilde Mukantabana, is on her way to Sonoma State University to give a talk titled “Rwanda 20 Years After Genocide” this coming Tuesday, March 25, as part of the university’s Holocaust and Genocide Lecture Series. KPFA’s Ann Garrison was not free to work on today’s news but she asked KPFA to note that the official history that Rwanda’s ambassador will present is the “genocide against the Tutsi.” “Genocide against the Tutsi” is the constitutionally codified and legally enforced description in Rwanda, where it is a crime to say “Rwandan Genocide.”

Rwandan and Western newspapers commonly report that as many as a million Rwandans, mostly Tutsis, were killed in the genocide; but the 1991 Rwandan census reported that fewer than 650,000 Tutsis lived in Rwanda at that time, and the Ibuka Tutsi survivors’ group claims that 300,000 Rwandan Tutsis survived. The Rwandan government has never disputed either figure, and if both are correct, then the majority of a million dead must have been members of Rwanda’s majority Hutu population.

The 1991 Rwandan census reported that fewer than 650,000 Tutsis lived in Rwanda at that time, and the Ibuka Tutsi survivors’ group claims that 300,000 Rwandan Tutsis survived. The Rwandan government has never disputed either figure, and if both are correct, then the majority of a million dead must have been members of Rwanda’s majority Hutu population.

In 2011, after a holocaust and genocide conference at Sacramento State University, KPFA’s Ann Garrison filed an assault complaint against the Rwandan contingent with the Sacramento State Campus Police. That complaint was later published by the U.K. Parliament’s International Development Committee after their reconsideration of budget support to the Kagame government in Rwanda.

The truth of what actually happened in Rwanda is significant now, because “stopping the next Rwanda” has become an invocation to U.S., French and NATO military intervention in Africa and other parts of the world, including Syria, Iran and even North Korea.

Oakland writer Ann Garrison writes for the San Francisco Bay ViewCounterpunchGlobal ResearchColored OpinionsBlack Star News and her own website, Ann Garrison, and produces for AfrobeatRadio on WBAI-NYC,KPFA Evening News and her own YouTube Channel, AnnieGetYourGang. She can be reached at ann@afrobeatradio.com. If you want to see Ann Garrison’s independent reporting continue, please contribute on her website at anngarrison.com.

French translation by Marceline Nduwamungu of the Women’s International Network for Democracy and Peace / Traduction française par Marceline Nduwamungu de Réseau international pour la démocratie et la paix des femmes:

L’ambassadrice du Rwanda va livrer la version officielle du génocide rwandais à l’Université de l’Etat de Sonoma

par Ann Garrison & Cameron Jones 

Cameron Jones, présentateur de KPFA : L’ambassadrice du Rwanda aux Etats-Unis, Mathilde Mukantabana, est en route vers l’université d’Etat de Sonoma où elle donnera une conférence intitulée « Rwanda, 20 après le génocide » ce mardi 25 mars. Cette intervention s’inscrit dans le cadre d’une série de conférences sur l’Holocauste et le Génocide organisées par l’université. Ann Garrison de la radio KPFA n’était pas disponible pour travailler sur ce sujet, mais elle a fait savoir à la KPFA que l’ambassadrice présentera l’histoire officielle du « génocide contre les Tutsis ». Le génocide contre les Tutsis est la version constitutionnellement codifiée ayant force légale au Rwanda, où il est désormais interdit de parler de « génocide rwandais ».

Les journaux rwandais et occidentaux rapportent généralement qu’un million de rwandais, à majorité Tutsis, sont morts durant le génocide. Or, le recensement de la population rwandaise de 1991 avait estimé à +/- 650.000 Tutsis peuplant le Rwanda à ce moment-là. L’association des survivants tutsis « Ibuka » avait quant à elle estimé que près de 300.000 tutsi avait survécu après le génocide. Le gouvernement rwandais n’a jamais démenti aucun de ces chiffres. Si tous ces chiffres sont corrects, nous pouvons en déduire que la différence entre le million de morts annoncés et le nombre de victimes tutsis admis par Ibuka représente des victimes de l’ethnie hutu, majoritaire au Rwanda.

Le recensement de la population rwandaise de 1991 avait estimé à +/- 650.000 Tutsis peuplant le Rwanda à ce moment-là. L’association des survivants tutsis « Ibuka » avait quant à elle estimé que près de 300.000 tutsi avait survécu après le génocide. Le gouvernement rwandais n’a jamais démenti aucun de ces chiffres. Si tous ces chiffres sont corrects, nous pouvons en déduire que la différence entre le million de morts annoncés et le nombre de victimes tutsis admis par Ibuka représente des victimes de l’ethnie hutu, majoritaire au Rwanda.

En 2011, à l’issue d’une conférence sur l’holocauste et le génocide à l’université d’état de Sacramento, Ann Garrison avait déposé une plainte à la police d’état du campus de Sacramento contre le contingent rwandais. Cette plainte a été publiée plus tard par le Comité de Développement international du Parlement anglais après que cet état avait décidé de revoir l’appui budgétaire apporté au gouvernement rwandais.

La vérité sur ce qui s’est réellement passé au Rwanda revêt son importance maintenant parce que «prévenir le prochain Rwanda » est sur toutes les lèvres aux USA, en France et à l’OTAN dès qu’il s’agit de justifier les interventions militaires en Afrique et ailleurs dans le monde comme en Syrie, en Iran et même en Corée.

Ann Garrison, écrivain d’Oakland, collabore avec San Francisco Bay View, Counterpunch, Global Research, Colored opinions, Black Star news et écrit pour son propre site internet AnnGarrison.com, elle est productrice pour AfrobeatRadio sur WBAI-NYC, KPFA et elle produit ses propres vidéos sur YouTube, AnnieGetYourGang. Vous pouvez la contacter à ann@afrobeatradio.com. Si vous aimez voir le travail d’Ann Garrison proliférer, faites un don via son site internet anngarrison.com.